SAS : « L’analytique devrait être un logiciel prêt à l’emploi que tout le monde comprend ».

data analytics

Nous vivons dans un monde numérique où les données sont importantes. L’analyse des données pour améliorer les décisions et les processus est aujourd’hui plus cruciale que jamais. SAS comprend le problème et se concentre donc de plus en plus sur une offre SaaS d’entrée de gamme.

L’objectif de SAS est clair depuis plus de 40 ans : business analytics. Cette longue trajectoire historique a donné à l’entreprise une perspective unique sur l’importance des données aujourd’hui et sur ce que vous pouvez en faire. SAS Viya, l’outil avec lequel tout le monde doit travailler aujourd’hui, repousse les limites de la théorie à la pratique dans un contexte opérationnel.

Si l’on ajoute à cela l’importance accordée à l’analyse en temps réel, à l’automatisation des modèles (ModelOps) et à la nécessité de disposer de davantage de solutions SaaS prêtes à l’emploi, on comprend que SAS a du pain sur la planche. Commençons par le début : le langage SAS qui a fait la grandeur de l’entreprise et l’importance qu’il revêt encore aujourd’hui.

Le langage SAS

Le langage SAS est ce qui a fait la grandeur de SAS en tant qu’organisation. Le langage de programmation est unique en son genre car il est fortement axé sur l’analyse, mais il est difficile d’ignorer la forte croissance des langages open source comme Python et R. « C’est pourquoi le lancement de SAS Viya il y a cinq ans était essentiel », souligne Mathias Coopmans, architecte agile analytics chez SAS. « Cet outil cloud-native a au cœur un moteur in-memory distinct du langage SAS ».

Le langage SAS est unique en son genre car il est fortement axé sur l’analyse, mais il est difficile d’ignorer la forte croissance des langages open source comme Python et R.

Mathias Coopmans, architecte analytique agile chez SAS

En clair, le moteur ne connaît aucune langue et vous pouvez travailler aussi bien avec SAS qu’avec un autre langage open source. Cette flexibilité est nécessaire aujourd’hui, car un langage comme Python domine désormais et est inclus dans le programme scolaire partout. « Dans certains cours universitaires, on enseignait le langage SAS. Aujourd’hui, c’est beaucoup moins le cas et nous nous concentrons au sein de SAS sur nos propres cours de formation ».

Alors que le langage SAS était autrefois un outil de vente unique, il est moins applicable aujourd’hui. Selon M. Coopmans, l’open source est équivalent aujourd’hui, mais il aime souligner les caractéristiques uniques du langage SAS. « En termes d’optimisation, la programmation linéaire et l’analyse des graphes sont traditionnellement très complexes. Là, nous sommes plus forts que l’open source parce que nous avons ces blocs de construction dans le langage SAS. Idem pour la recherche de motifs dans les structures de graphes. » Le langage SAS a fait l’objet de nombreux investissements dans le passé, il va sans dire que le fabricant le fait progresser de manière proactive.

Viya, une plateforme agnostique

Le langage SAS n’est peut-être plus la carte maîtresse du fabricant, mais SAS Viya l’est. La plateforme est agnostique vis-à-vis des sources de données et des systèmes d’exploitation. Que vous utilisiez du matériel sur site ou dans le cloud, vous pouvez y accéder partout. « En cela, nous sommes uniques », déclare Michel Philippens, responsable des solutions clients chez SAS. « Nous offrons une diversité de choix que les autres n’ont pas. »

Il évoque ensuite les collaborations avec les fournisseurs de clouds qui ont chacun leur propre pile. Une fois que vous êtes trop impliqué, vous y êtes lié. Avec Viya, vous travaillez sans tenir compte des clouds. « Nous devons également tenir compte des nombreuses industries dans lesquelles nous opérons.

Que vous utilisiez du matériel sur site ou dans le nuage, vous pouvez aller n’importe où. Cela nous rend uniques.

Michel Philippens, responsable des solutions clients chez SAS

« Certains sont très réglementés et ne peuvent pas simplement déplacer toutes les données ». En ce qui concerne le cloud public, SAS travaille avec les parties les plus populaires, mais Microsoft Azure est en tête.

IA composite

Avez-vous déjà entendu parler de l’IA composite ? Selon Gartner, c’est la combinaison de différentes techniques d’IA qui permet d’obtenir les meilleurs résultats. Gartner prend l’exemple de SAS, qui construit de tels systèmes depuis des années.  Maintenant que cette technologie a été incluse dans le « Hype Cycle », elle est plus que jamais sous les feux de la rampe.

Philippens : « Lorsqu’il y a un problème complexe, il faut souvent combiner différentes techniques. Pensez aux statistiques, à l’extraction de données, aux prévisions, à l’optimisation, au traitement du langage naturel (NLP), à la vision par ordinateur, à l’apprentissage automatique (ML), tout est possible pour résoudre votre problème commercial. La combinaison de ces éléments dans une seule plateforme nous rend uniques dans le monde de l’IA et de l’analyse. » 

Résoudre les questions éthiques

L’IA, le ML, le NLP, la vision par ordinateur, ce sont toutes des choses qui ont le vent en poupe aujourd’hui, mais en même temps, elles soulèvent aussi des questions éthiques. L’opérationnalisation des modèles implique également le respect de la vie privée et d’autres réglementations. Au sein de Viya, SAS contribue à la gestion des risques et pose les bonnes questions sur la gouvernance et d’autres sujets.

Les solutions SaaS clés en main sont l’avenir. Nous voulons abaisser le seuil d’accès à SAS en tant qu’application.

Mathias Coopmans, architecte analytique agile chez SAS

« Un grand nombre de processus, d’examens, d’approbations, de vérifications et d’exercices d’équilibrage ont lieu avant qu’un modèle d’analyse ne soit mis en production », explique M. Philippens. « Chaque modèle est immédiatement testé, tant au sein du langage SAS que dans des variantes open source. Y a-t-il un bias ? Ensuite, nous l’atténuons en effectuant un certain nombre de tests jusqu’à ce qu’il fonctionne de manière équitable. »  

Paquets SaaS

Lorsque nous demandons un aperçu de l’avenir, Coopmans n’a pas à réfléchir longtemps : des solutions SaaS toutes prêtes. « Nous voulons abaisser le seuil d’accès à SAS en tant qu’application », précise-t-il. « C’est désormais l’un des fers de lance de notre recherche et développement. Nous évoluons vers des applications analytiques très spécifiques. »

Cette approche n’est possible que grâce à la fondation « cloud-native » de SAS Viya. « On peut tout faire avec ça. Les connaissances industrielles qui s’y trouvent déjà doivent être présentées sous forme de petites pièces. Nous examinons aujourd’hui avec Microsoft comment nous pouvons intégrer cela dans le cloud Azure pour donner un accès pratique à certains modèles. » L’objectif ultime est d’abaisser le seuil d’utilisation de SAS en tant qu’outil d’analyse. L’offre de petits forfaits SaaS constitue une étape importante à cet égard.


Ceci est une contribution éditoriale en coopération avec SAS.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison