Investissement de 43 milliards d’euros par l’UE pour l’European Chips Act

L’Union européenne est déterminée à faire davantage d’efforts pour la production de puces. Pour y parvenir, l’UE prévoit d’investir 43 milliards d’euros. Cette annonce a été faite lors du dévoilement de la loi sur les puces européennes (« European Chips Act »).

La loi sur les puces européennes devrait donner à l’Europe une meilleure position sur le marché des puces. « Les puces sont au cœur de la course technologique mondiale. Bien sûr, elles constituent également le fondement de nos économies modernes », déclare Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

Aspects financiers

Pour augmenter la production de puces, il faut investir. L’UE prévoit d’investir un total de 43 milliards d’euros pour soutenir la loi sur les puces jusqu’en 2030. L’UE réunit ce montant grâce à une combinaison de financements publics et privés.

Elle répartit ce montant sur plusieurs investissements. Parmi les postes d’investissement figurent les investissements dans les technologies modernes, dans l’apprentissage des compétences et dans la recherche sur les micropuces.

Le coût de la proposition avait déjà été critiqué au sein de l’UE. Pourtant, on considère que l’investissement est le meilleur moyen de garantir que les pays européens disposent de puces. L’European Chips Act permet en effet d’obliger les entreprises qui reçoivent de l’argent européen à donner la priorité aux clients européens en temps exceptionnel.

L’argent des investissements n’ira pas seulement aux grands acteurs de l’industrie des semi-conducteurs. Il existe également un fonds distinct pour soutenir les entreprises à grande échelle et les PME. Selon TechCrunch, 2 milliards d’euros seront réservés à cet effet.

Fondamental pour renforcer la production

Actuellement, l’Europe dépend de la production de puces de l’Est. La crise de Covid-19 a seulement montré que cette dépendance peut causer de sérieux problèmes. Cecilia Bonefeld-Dahl, directrice générale de DIGITALEUROPE, cite le fait que le passé a déjà montré qu’il est difficile d’attirer de nouvelles entreprises sans investissements : « L’UE n’a pu attirer que 3 % des investissements mondiaux pour la fabrication de puces en 2020, et il faut redoubler d’efforts pour faire remonter ce chiffre. »

La loi sur les puces devrait garantir que, d’ici à 2030, au moins 20 % de la production mondiale de puces soit réalisée en Europe. Actuellement, l’Europe ne dispose que de 9 % de cette production, selon Mme von der Leyen.

Dans un rapport, Deloitte est arrivé à la même conclusion que Mme von der Leyen. L’industrie des semi-conducteurs est, selon Deloitte, tout aussi essentielle à notre monde moderne que l’alimentation, l’énergie, la logistique et d’autres éléments fondamentaux. Il faut donc éviter un nouvel dysfonctionnement de ce secteur à l’avenir.

lire aussi

Deloitte : industrie des puces essentielles pas préparée pour la pénurie en 2022

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison