Entrepôts de données et lacs de données dans un environnement multicloud

Google Cloud

Google présente en avant-première un nouveau service : BigLake. BigLake fait tomber les barrières entre le lac de données et l’entrepôt de données et crée un environnement de gestion des données unifié à travers les fournisseurs de cloud.

Google présente BigLake : un moteur de stockage uniformisé. BigLake devrait simplifier l’accès aux données. Peu importe que les données se trouvent dans un entrepôt de données ou dans un lac de données. Le lieu de stockage joue aussi un rôle mineur. Après tout, Google BigLake contient les outils permettant de réglementer en détail l’accès aux données pour les lacs de données et les entrepôts de données au sein même de la Google Cloud Platform, mais également sur Azure Data Lake Storage Gen 2 et Amazon S3.

Les données dans BigLake sont disponibles par analogie avec BigQuery. Les administrateurs peuvent indiquer clairement à partir de BigLake quelles personnes ou applications ont accès aux données. À cette fin, BigLake offre des contrôles personnalisés qui permettent de configurer les politiques de sécurité et de confidentialité au niveau des tables, des lignes et des colonnes.

Couche d’abstraction

En fait, BigLake abstrait les données sous-jacentes, y compris leur emplacement de stockage, de sorte que les organisations peuvent accéder à toutes leurs données de manière centralisée. De cette manière, Google espère détruire les silos. Vous pouvez ensuite vous mettre à l’analyse des données à volonté.

BigLake

BigLake utilise l’API BigQuery Storage pour réaliser des contrôles de données. Cela implique que BigLake a les mêmes limitations. Le nouveau moteur supporte CSV, Apache Parquet et JSON.

Attention aux erreurs de configuration

En lançant BigLake, Google souhaite intéresser les administrateurs de lacs de données, les gestionnaires d’entrepôts de données et les analystes de données. Google souligne que la configuration correcte des rôles est importante ici. Par exemple, les analystes ne devraient pas avoir le droit de lire des objets directement à partir du stockage cloud ou de configurer eux-mêmes des tables BigLake. Cela leur permettrait de contourner les règles d’accès définies par les administrateurs.

Google BigLake est disponible en avant-première à partir d’aujourd’hui. Google n’a encore rien dit sur la disponibilité générale.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison