Larry Ellison, CTO d’Oracle, a freiné la première génération de cloud

oracle

Lary Ellison, fondateur et actuel directeur technique d’Oracle, a bloqué le développement de la première génération de cloud après des querelles internes. Il s’attend à ce que la deuxième génération soit plus performante avec le temps.

Lary Ellison, fondateur d’Oracle et actuel directeur technique, a arrêté le premier projet de cloud d’Oracle. Il l’a admis lui-même aux investisseurs qui étaient présents lors de l’Oracle CloudWorld. Le projet a été annulé à la demande insistante d’Ellison, malgré l’enthousiasme d’autres cadres.

Gen 2

Le fondateur estimait que, selon les plans initiaux, Oracle ferait exactement la même chose que les autres acteurs et il pensait que c’était une mauvaise idée. L’alternative était d’attendre. Oracle n’a développé ses offres IaaS que plus tard. Elle profite de chaque occasion pour souligner que l’infrastructure du cloud est de deuxième génération. Ce cloud Gen 2 a été présenté en 2018.

L’approche alternative d’Oracle sépare les données des clients du reste du nuage. Les données et le code du client résident sur un système en métal nu tandis que le reste de l’infrastructure en nuage réside sur une autre machine avec une architecture différente. Cela devrait garantir qu’Oracle ne puisse en aucun cas accéder aux données des clients et, inversement, que les utilisateurs ne puissent pas accéder à la couche de contrôle du cloud lui-même.

Toujours selon Oracle, l’architecture Gen 2 donne à l’entreprise une plus grande souplesse dans le déploiement de l’infrastructure IaaS. Cela se traduit par une gamme variée de services liés à l’informatique dématérialisée, non seulement dans les centres de données d’Oracle, mais aussi sur site, par exemple avec le nouvel Oracle Alloy.

Meilleur en toute chose

La vision d’Ellison a coûté cher à Oracle. Après tout, l’entreprise a raté la première ruée vers le cloud et se retrouve à la traîne. Le directeur technique lui-même n’est pas inquiet à ce sujet. Il souligne qu’Oracle n’était pas non plus le premier dans le monde des bases de données. « Il n’y a pas de magie », dit-il. « Il nous faut être plus rapides, moins chers, plus sûrs et plus fiables. » Oracle semble au moins être sur la bonne voie. D’un autre côté, elle doit maintenant atteindre tous ces objectifs en tant que petit acteur sur un marché où les économies d’échelle comptent énormément.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison