Google repousse Manifest v3 un moment

chrome manifest v3

Google repousse la date limite pour le passage obligatoire à Manifest v3 dans Chrome. La nouvelle plate-forme d’extension cause des soucis aux développeurs – et aux utilisateurs.

La disparition progressive de l’actuelle plate-forme Manifest v2 était censée commencer en janvier 2023, mais Google fait maintenant demi-tour par rapport à son calendrier initial. Google voulait alors faire de Manifest v3 la version par défaut des versions bêta de Chrome, et à partir de 2024, les extensions qui ne seraient pas encore passées seraient bloquées dans le navigateur. Un nouveau calendrier suivra en mars.

Selon Google, la raison de ce report réside dans le fait que les retours d’information montrent que les développeurs ont encore du mal à faire face à cette migration imposée. Google leur impose donc un délai plus raisonnable pour supprimer progressivement Manifest v2. Mais les développeurs ne sont pas les seuls à refuser l’introduction de Manifest v3, les utilisateurs de Chrome ne l’attendent pas non plus.

Changements controversés

Manifest v3 est une plate-forme de support pour les extensions de navigateur et remplace l’actuel Manifest v2. Google promet que Manifest v3 devrait permettre de sécuriser davantage les extensions de navigateur dans Chrome. Cela nécessitera deux mesures impopulaires.

Tout d’abord, Google veut empêcher les extensions de lancer des pages d’arrière-plan cachées en dirigeant toute l’activité d’arrière-plan vers des travailleurs de service (« service workers »). Toutefois, cela crée un environnement beaucoup plus complexe pour les développeurs web, qui leur impose davantage de restrictions. Google introduit une API pour les documents offshore dans Chrome 109 pour résoudre ce problème.

Le deuxième point de controverse concernant Manifest v3 n’est toujours pas abordé. La plate-forme remplace l’API webRequest par l’API declaritiveNetRequest pour bloquer les requêtes HTTP. Cette nouvelle API s’appuie sur une liste noire d’URLs limitée à 30.000 lignes. Cela complique le fonctionnement des adblockers, qui utilisent des listes beaucoup plus longues.

Cela met le feu aux poudres parmi les utilisateurs de Chrome. Après tout, ce n’est pas un secret que Google, en tant que distributeur de publicités numériques, tire également profit de la disparition des adblockers. Comme Manifest v3 est intégré à Chromium, les modifications s’appliquent également aux autres navigateurs Chromium tels que Edge. Les navigateurs qui ont fait de la confidentialité leur argument de vente, comme Firefox et Brave, ont moins envie de rejoindre Manifest v3.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison