Devons-nous nous préparer à des défaillances sur les réseaux mobiles ?

storingen op mobiele netwerken

La crise énergétique met tout le monde en difficulté. Les opérateurs de télécommunications ne sont pas toujours en mesure de maintenir leurs réseaux mobiles opérationnels.

La crise énergétique est le sujet de discussion du moment dans toute l’Europe. Les prix de l’énergie ne cessent d’augmenter alors que les réserves s’amenuisent. De nombreuses craintes sont déjà présentes avec l’arrivée de l’hiver. Tout le monde devra être plus économe en énergie à partir de cet automne. Selon un rapport de Reuters, le secteur européen des télécommunications se prépare également à un hiver difficile.

Les mesures d’économie d’énergie, voire les coupures totales de courant, pourraient entraîner une augmentation de la fréquence des défaillances des réseaux mobiles. Dans plusieurs pays européens, ce scénario ne semble pas si impensable. Si la plupart des antennes de télécommunications sont équipées de batteries pour rester opérationnelles en cas de panne de courant, ces batteries ne sont qu’un support temporaire et ne dureront pas des heures.

L’Europe se prépare

En Allemagne, en Italie, en Suède et en France, entre autres, des discussions animées ont lieu entre le gouvernement, les régulateurs des télécommunications et les entreprises du secteur de l’énergie. De ce fait, les régulateurs des télécommunications demandent l’exclusion du rationnement de l’énergie. Ils veulent ainsi éviter que des organisations critiques telles que les hôpitaux ne deviennent inaccessibles.

Le problème général est que l’Europe n’est pas préparée aux pénuries d’énergie, écrit Reuters. Parce que nous avons pu vivre dans l’opulence pendant des années, les investissements dans les générateurs qui stockent l’énergie ont été insuffisants. Les fournisseurs de télécommunications peuvent toutefois prendre leurs propres mesures pour économiser l’énergie. De nombreux fournisseurs utilisent un logiciel qui leur permet de désactiver temporairement les antennes inactives.

Nous avons demandé à l’autorité belge de régulation des télécommunications, l’IBPT, si nous devions également nous préoccuper des défaillances des réseaux mobiles en Belgique. Dès que nous recevrons une réponse, nous apporterons les éléments complémentaires dans cet article.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison