Plaintes GDPR contre Google concernant le processus de création de compte

Toute personne qui crée un compte chez Google est encouragée à partager un grand nombre de données personnelles. Cela n’est pas conforme aux exigences du GDPR, selon une nouvelle vague de plaintes.

L’organisation européenne de consommateurs BEUC coordonne une nouvelle vague de plaintes contre Google. Le processus par lequel un utilisateur crée un compte Google est cette fois en tête de liste. Les plaintes sont déposées en France, en République tchèque, en Norvège, en Grèce et en Slovénie, entre autres pays. En Allemagne, l’organisation de protection des consommateurs affiliée vzbv a déjà adressé un avertissement à Google. Aux Pays-Bas, au Danemark et en Suède, des organisations similaires ont informé leurs autorités nationales de protection des données des problèmes rencontrés.

Plus facile d’activer le suivi

Google est accusé d’avoir délibérément induit en erreur le processus de création de compte. Le GDPR exige que les entreprises intègrent la protection de la vie privée dans leurs services en tant que norme, mais Google choisit l’approche inverse pour les comptes Google.

Concrètement, il suffit d’un clic pour accepter les publicités personnalisées et tout le suivi qui va avec. Si vous ne le souhaitez pas, vous devez opter pour une personnalisation manuelle et passer par cinq étapes et dix clics pour choisir des options respectueuses de la vie privée. Selon les plaignants, les informations contenues dans ce processus sont également peu claires et trompeuses. Une option permettant d’activer des paramètres de confidentialité stricts en un seul clic n’existe pas actuellement.

Étape par étape pour plus de clarté

Google, pour sa part, affirme que le processus étape par étape est juste là pour apporter plus de clarté. La société estime avoir suivi les lignes directrices du Conseil européen de la protection des données (CEPD) et être à la fois précise et complète dans toutes ses formulations. Le fait est que la confidentialité devrait être l’option par défaut, ce qui n’est actuellement pas le cas pour ceux qui créent un compte Google.

C’est loin d’être la première plainte contre Google fondée sur le non-respect des règles du GDPR. En général, cependant, le traitement des plaintes européennes est d’une lenteur exaspérante. Par exemple, nous attendons toujours un résultat concret des plaintes concernant la collecte de localisation par Google déposées en 2018. Ce n’est qu’au bout de deux ans que la DPC irlandaise s’est saisie de l’affaire, en vain jusqu’à nouvel ordre.

Ces nouvelles plaintes montrent que le GDPR est toujours actuel. Les organismes de défense des droits des consommateurs observent comment les grandes entreprises se conforment aux règles et n’hésitent pas à leur demander des comptes. Bien sûr, ce n’est pas parce qu’une plainte a été déposée que Google est coupable. Après tout, le géant de la technologie, pour sa part, pense qu’il est droit. En tout cas, le verdict n’est pas encore imminent.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison