Même le personnel de VMware mécontent de l’accord avec Broadcom

Het zinkend schip verlaten of blijven roeien?

Plusieurs employés de VMware ont démissionné en raison de leur mécontentement à l’égard du projet de rachat par Broadcom. « C’est comme un bateau en détresse et on nous demande de ramer jusqu’à ce que nous coulions vraiment », a décrit un employé.

Le rachat de VMware par le géant des puces Broadcom n’est même pas apprécié par le personnel de l’entreprise. On craint qu’une reprise signifie la fin des conditions de travail flexibles. La stratégie de rachat bien connue de Broadcom n’inspire pas non plus confiance. Plusieurs employés démissionnent donc avant même que la reprise ne soit achevée.

À plein temps au bureau ?

La crainte est basée sur des conversations entre Hock Tan, PDG de Broadcom et plusieurs employés de VMware. « VMware a un magnifique campus à Palo Alto qui reste vide », aurait déclaré Tan aux employés le 27 mai 2022. Un jour après l’annonce de l’acquisition.

Beaucoup d’employés de VMware ont interprété cette déclaration comme une allusion à l’abolition de l’horaire de travail flexible. Le fait que Broadcom ait également abandonné la politique de travail à domicile il y a longtemps rend les soupçons fondés.

Départ massif des travailleurs

Plusieurs employés de VMware ont par la suite décidé de quitter l’entreprise ou sont encore en train de chercher activement un autre lieu de travail. À en croire la marque de presse Insider, la situation est loin d’être idéale pour l’ensemble du personnel de l’entreprise. « C’est comme un bateau qui coule et on nous demande de ramer jusqu’à ce que nous coulions vraiment. Dois-je rester sur le bateau quand il risque de couler ? Ou est-ce que je saute parce que d’autres personnes me le disent ? »

« Les gens se sentent trahis », dit un collègue. « Mon équipe se compose de dix personnes et je sais que quatre d’entre nous sont en train de postuler activement à des emplois. »

Peur pour son propre emploi

Ensuite, il y a la stratégie de rachat bien connue de Broadcom, qui fait douter les employés de la sécurité de leur emploi dans l’entreprise. Le géant des puces fait de l’économie un sport, ce qui peut signifier la suppression de certains départements.

« Les gens se demandent pourquoi ils continueraient à travailler dur si leur service est supprimé dans les mois à venir », explique un autre ingénieur. Cette attitude se manifeste déjà dans la productivité des équipes.

Profiter de la situation

Il est clair que le fait de réunir les cultures très différentes des deux entreprises suscite de nombreuses réactions. Du côté de Broadcom, d’ailleurs, une démission significative a déjà été signalée : Thomas Krausse. Il est le génie de la prise de contrôle et s’est retiré lui-même.

Le projet de rachat est de plus en plus critiqué et les entreprises concurrentes ont déjà senti que l’atmosphère dans les murs de l’entreprise n’était pas vraiment bonne. D’autres entreprises tentent donc de débaucher les talents. Un employé affirme que dans les mois qui ont suivi l’annonce du rachat, les recruteurs de Google, Amazon et Microsoft ont déjà envoyé des offres d’emploi.

newsletter

Abonnez-vous gratuitement à ITdaily !
Category(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.
retour à la maison